Guide complet : le chauffage électrique, les pompes à chaleur, le chauffage au bois, les chaudières gaz

Le chauffage réprésente généralement la plus grande part des consommations énergétiques d’un bâtiment ou d’une habitation. Une bonne isolation peut réduire les besoins de chauffage de manière importante, et c’est souvent le premier point à vérifier. Quand on est sûr de son isolation, ou qu’il est difficile de la corriger, il existe tout de même des solutions pour économiser encore sur vos factures de chauffage, et diminuer, du coup, vos émissions de gaz à effet de serre.

Les choix pourront être restreints, en fonction des sources d’énergie disponibles (voir notre guide Choix des énergies), de l’existence ou non d’une boucle à eau chaude (élément principal du chauffage central), mais à chaque cas correspondra un produit économe en énergie.

Des radiateurs électriques économes et faciles à installer

Le coût très bas de l’électricité en France a poussé à l’installation massive, jusqu’aux années 80, de convecteurs électriques bas de gamme, gros consommateurs, tout de même chers à l’usage, et qui procuraient un confort discutable.

On se rappelle tous de cette odeur de poussière grillée au début de l’hiver, de ces radiateurs qui semblaient ne chauffer que le mètre carré dans lequel ils étaient installés.

Aujourd’hui, on trouve des radiateurs électriques très perfectionnés qui produisent une chaleur douce et agréable. Cerise sur le gâteau, ils permettent d’économiser plus de 50% d’électricité, et remboursent donc rapidement le prix du remplacement.

Les pompes à chaleur : écologiques et économiques

Il existe plusieurs types de pompes à chaleur : air-air ou aérothermiques, air-eau, haute ou basse température, géothermiques.

Ces systèmes ont chacun leurs avantages, leurs contraintes, et des coûts très différents. Ils ont en commun de puiser de la chaleur dans le milieu extérieur, et de la restituer, au moyen d’un cycle de Carnot, à l’intérieur du bâtiment. La pompe à chaleur géothermique est très fiable, extrêmement efficace en termes de performances énergétiques, son installation est aussi relativement chère, et ne sera pas possible dans tous les cas.

La pompe à chaleur air-eau consomme également peu d’électricité, mais elle vient en remplacement, ou en relève d’une chaudière, dans un chauffage central. Il faut donc disposer d’une boucle à eau chaude. La pompe à chaleur air-air est la solution la plus souple, et remplacera avantageusement de vieux radiateurs électrique. Si elle n’égalent pas celles des autres types de pompes à chaleur, ses performances sont aujourd’hui très honorables.

Le chauffage au bois : une solution carbone neutre

Longtemps abandonné au profit d’énergies considérées comme plus modernes, ou plus souple, le bois redevient à la mode pour assurer les besoins de chauffage.

D’une part, il est facilement disponible, et localement, en France. D’autre part, l’exploitation raisonnée du bois le rend neutre, du point de vue des émissions carbone, puisque on plante plus d’arbres qu’on en coupe. Il existe plusieurs dispositifs pour se chauffer au bois, et ce combustible peut être utilisé sous plusieurs forme, bûches, bûchettes, granulés.

Même si l’engouement pour le chauffage au bois a été tempéré, ces dernières années, par les particules fines que la combustion produit, le chauffage au bois présente dans certaines situations des avantages certains.

La chaudière gaz à condensation : vite amortie

Lorsque l’on dispose d’un raccordement au gaz de ville, ou gaz naturel, la chaudière gaz à condensation est une solution très facile à rentabiliser.

D’abord, elle ne coûte pas cher, et est encore soutenue par un crédit d’impôt. Ensuite, elle diminue considérablement les factures de gaz. Même si le gaz naturel est un combustible fossile, sa combustion dans une chaudière gaz à condensation émet peu de CO2, et comme le gaz lui-même ne subit pas de transformation de son extraction à sa consommation, le bilan n’est pas mauvais. Reste que l’installation d’une chaudière gaz à condensation n’est pas toujours possible, il y a des contraintes sur l’évacuation des fumées.

Dans le cas où vous ne disposeriez que de GPL (gaz de pétrole liquéfié), il est raisonnable de passer à une autre source d’énergie.

La chaudière fuel à condensation, en dernière solution

La chaudière fuel à condensation permet de grandes économies par rapport à une ancienne chaudière fuel. Cependant, le prix des produits pétroliers risque d’augmenter considérablement au cours des 20 prochaines années. La pompe à chaleur air-eau est une bonne alternative, de ce point de vue, mais elle coûte nettement plus cher que la chaudière fuel à condensation. Celle-ci pourra donc être une solution médiane, si l’on ne peut investir aujourd’hui.