Isolation du toit et combles

On estime qu’un toit mal isolé est responsable de 25% à 30% des déperditions de chaleur dans la maison, soit environ le tiers des déperditions totales.

Le toit, première partie à isoler dans une maison

C’est la zone la plus propice aux échanges calorifiques entre l’intérieur et l’extérieur de la maison, c’est cette partie du bâtiment qu’il faut isoler en priorité.

En effet, lorsque vous chauffez en hiver, l’air chaud monte, et a tendance à s’accumuler dans les parties hautes de la maison. Si il y a possibilité de transmission de chaleur à travers le toit, l’air extérieur est réchauffé, et vous avez consommé de l’énergie pour rien.

Si l’isolation du toit et des combles permet de mieux retenir la chaleur et d’éliminer les déperditions en hiver, une bonne isolation est aussi capable de réfléchir la chaleur émise par le soleil l’été, et donc de conserver un niveau de rafraîchissement dans l’intérieur du bâti. Ceci permet d’éviter d’avoir recours à des climatiseurs ou à des ventilateurs, et donc de faire des économies d’électricité et d’énergie.

Isolation des toits, un enjeu économique

Bien isoler son toit, c’est la garantie de faire des économies de chauffage très importantes, et donc de limiter vos consommations énergétiques et de diminuer vos factures.

C’est important pour un particulier, mais aussi pour le pays, puisque l’essentiel de l’énergie utilisée en France est produite à partir de matière importées, combustibles fossiles ou nucléaires. Avant 1974, il n’existait aucune obligation légale d’isoler un bâtiment, les maisons n’étaient donc que rarement isolées. Le double choc pétrolier a imposé les premières réglementations thermiques qui ont amenées les constructeurs à isoler le bâtiment pour permettre d’économiser en énergie de chauffage.

Cependant les habitations étaient devenues trop isolées, mais mal ventilées, et des problèmes de régulation hygrométrique sont apparus, entraînant le développement de pathologies respiratoires. On parle aujourd’hui de « syndrome du logement malsain » pour qualifier les problèmes qu’ont provoqué ces logements sur la santé des occupants. Des études par l’institut de veille sanitaire sont toujours en cours à l’heure actuelle sur ce phénomène. Une bonne isolation doit donc s’accompagner d’un bon système de ventilation.

Depuis la prise de conscience liée aux chocs pétroliers, les règlementations thermiques ne cessent de devenir plus drastiques. Les économies d’énergie, et l’isolation, sont devenues un enjeu national, puisque les importations de produits pétrolier pèsent lourd dans la balance du commerce extérieur.

En isolant bien votre toit, vous économiserez un quart de votre facture de chauffage. Si chacun isole son toit, l’impact sur l’économie du pays peut être énorme.

Rappelons également que l’isolation des toits et des combles permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre en réduisant la consommation de chauffage, et améliore le confort d’une habitation.

Isoler son toit pour protéger l’environnement

Économiser l’énergie, c’est aussi diminuer les émissions de gaz à effet de serre, et limiter le réchauffement climatique. L’amélioration des performances de l’habitat est une source de gains importante sur ce point. Et l’isolation des toits est un moyen simple d’amélioration. Les engagements nationaux, notamment définis lors du Grenelle de l’environnement, sont relativement ambitieux, avec un objectif de réduction de la consommation d’énergie des logements de plus de 50%. Pour parvenir à cela, les maisons devront être de mieux en mieux isolées, tout en restant bien ventilées.

Sur ce point, les matériaux utilisés aujourd’hui pour l’isolation des toits sont de plus en plus performants, mais aussi de plus en plus écologiques, c’est à dire que leur fabrication consomme moins d’énergie, de matières premières, et qu’ils sont plus facilement recyclables. Ce serait dommage, en effet, de perdre d’un coté ce que l’on gagne de l’autre.

Bonne isolation du toit et des combles

Lorsque l’on prépare l’isolation du toit ou des combles, il faut d’abord prendre garde aux problèmes d’humidités. Un matériau isolant ne devra jamais être en contact avec une partie du bâti présentant un défaut d’humidité. Les infiltrations d’eau le détérioreraient et le rendraient rapidement inefficace. Il faut d’abord remédier au problème d’humidité constaté et ensuite isoler le bâtiment réparé.

Si certaines méthodes d’isolation peuvent être mises en œuvre facilement, d’autres nécessitent l’intervention de spécialistes car elle sont plus délicates et requièrent de réelles compétences professionnelles.

Pour parvenir au meilleur résultat, il sera possible d’isoler le toit, les combles, ou les deux. Pour le toit, on isolera par l’extérieur ou par l’intérieur. L’isolation des toits terrasses est par ailleurs fortement recommandée.

L’isolation des combles se fera différemment selon qu’ils sont habitables ou perdus.
Dans tous les cas, on pourra choisir entre de nombreux matériaux performants.